Il est frais mon emprunt grec !

Publié le par Fabien Pot

La dernière dégradation de la note souveraine de la Grêce a donné le coup de grâce aux espoirs de sortie de crise en douceur.

 

Le plongeon des indices européens est peut-être le moindre mal. En effet, la vrai question est : qui va s'effondrer ensuite, dans le grand chateau de carte mondial qu'est la bulle de la dette ?

 

La réponse est peut-être donnée par ce graphique fourni par FT-Alphaville :
Exposure_Greece-copie-1.jpg

And the winner is ... Les banques françaises !

 

Avec près de 80 milliards de dollars de dettes grecques en stock, qui pourraient être restructurées à 50%, c'est à 40 milliards de dollars de pertes que sont exposées nos institutions. Kerviel est relegué à la petite histoire ...

 

On comprend alors que Christine Lagarde ne soit pas particulièrement enthousiasmée par cette perspective.

 

Pour conclure, voici un lien pour vous permettre de suivre en direct ou presque le roman feuilleton qu'est le rendement de l'emprunt grecque : http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB10YR:IND

 

Et en avant première, la saison 2, avec le Portugal à l'honneur :

http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT10YR%3AIND

Publié dans crédits-dettes

Commenter cet article

Nam 29/04/2010 17:46


Voici un article du Figaro (droite du OUI), édifiant de dès-information et de mépris pour le peuple français.

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2010/04/28/04016-20100428ARTFIG00731-en-france-le-sauvetage-de-la-grece-fait-l-unanimite-.php

Rien que le titre est fallacieux puisqu'il dit "La France", alors que "l'Unanimité" supposée ne concerne QUE des hommes politiques bon-teints et pro-Europe de Bruxelles !!!


Le but est de faire croire qu'il y a un vrai débat entre les socialistes (la gauche du OUI) et l'UMP (la droite du OUI), alors qu'ils sont d'accord sur tout sur le plan économique! Le soit-disant
enjeux serait entre la droite qui veut preter mais à 5%, et la gauche qui veut preter mais à 3% !!!


Toute autre forme d'alternative (sortie de l'euro de la Grèce par exemple) est completement occulté par Le Figaro et les totalitaires de l'UMPS (alors qu'on voit bien que l'Allemagne et Angela
Merkel louvoient, et à juste titre).


Mais bon, tout cela n'est pas très grave (sauf le mépris que cela montre), c'est juste risible, puisque les vrais besoin de la Grèce s'élèvent à 120 Milliards d'euro sur 3 ans, et que s'il fallait
aider aussi le Portugal, l'Espagne et l'Irlande, il faudrait trouver 600 Milliards d'euro !!!


ed 29/04/2010 16:05


Pragmatisme est le bon mot. Depuis toujours le peuple Suisse refuse une perspective d'adhésion à la monnaie unique.

La particularité de la Suisse, c'est que les politiciens suivent la volonté populaire


Jim 29/04/2010 16:02


Les Suisses seraient-ils opportunistes ?
Sortons de l'Euro et de l'Europe et faisons comme eux !


ed 28/04/2010 11:22


La Suisse a sans doute pu se débarasser facilement de la mauvaise dette car elle n'appartient pas au navire Euro...

Les membres de la Zone Euro n'ont sans doute pas eu le choix bien que voyant le mur se rapprocher


Étienne 28/04/2010 07:16


C'est ce que j'allais dire, les Suisses se sont débarrassés à temps de ces obligations avant le plongeon final.


Fabien Pot 28/04/2010 08:13



C'est vrai que c'est plus que suspect. On voit difficilement comment les Suisse auraient pu se debarasser de 75 milliards de dollars d'emprunts grecs en trois mois ...


Si quelqu'un trouve l'explication, je suis preneur.