Etat de l'économie de la France en mars 2010

Publié le par Fabien Pot

Après, avoir connu la plus profonde récession de son histoire, la France a retrouvé le chemin d'une croissance modeste depuis le deuxième trimestre 2009.

La production industrielle se redresse lentement depuis avril.  Le commerce extérieur se reprend également depuis avril, après une chute sans précédent des échanges. De même, le PIB a augmenté aux deuxième, troisième et quatrième trimestres 2009. Cependant, aucun de ces indicateurs n'a retrouvé pour l'instant son niveau d'avant crise.

La petite passe déflationniste qu'on a connue pendant la récession est elle aussi terminée, avec une petite remontée des prix à partir de janvier 2009.

La progression du chômage, très violente au plus fort de la crise, ralentit au fur et à mesure que les mois passent. Elle est presque stoppée en février.

Enfin, si la production de crédits aux entreprises reste peu élevée, les particuliers semblent avoir retrouver le chemin de la banque depuis l'été. Les prix de l'immobilier s'en ressentent, et repartent à la hausse dans la deuxième moitié de l'année.

Peut-on pour autant renvoyer la crise de 2008-2009 à l'histoire ?

Ce n'est pas mon avis. La crise a été stoppée "artificiellement" par une injection massive d'argent par les états. Loin de se résorber, le déficit de l'état français augmente encore en ce début d'année. Je ne pense pas que cette situation soit tenable encore très longtemps, comme le montre les tensions sur les dettes souveraines grecques et portugaises. Il faudra bien résorber le déficit et payer la dette tôt ou tard, et il n'y a pas de moyen indolore de le faire ...

D'autre part, une grande partie de la hausse du PIB est dû à un effet de balancier, avec une reconstitution des stocks qui a suivie le mouvement massif de déstockage au coeur de la crise. Une fois cet effet passé, et en l'absence de reprise de l'investissement, il y a peu de facteurs de soutien pour la croissance.

Enfin, le secteur de la construction, grand pourvoyeur d'emplois, reste sinistré.

C'est pourquoi je privilégie un scénario de récession en W, avec une rechute en fin d'année ou début 2011 au plus tard.

Publié dans bilan mensuel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JG 28/03/2010 10:09


"L'artificialité" de la reprise se retrouve dans la baisse de la consommation des ménages en janvier et février. Si cette baisse continue, il est clair qu'il va y avoir une rechute de la
croissance. On voit mal aujourd'hui la forme que pourra prendre la baisse des déficits pronnée par le pouvoir...


Fabien Pot 28/03/2010 10:47


Il est vrai que l'excellente tenue de la consommation en 2009 a été pour le moins étonnante. Avec une consommation des ménages en baisse, la croissance pers son dernier moteur.


Alexandre 27/03/2010 10:00


Merci pour votre site et votre travail que je consulte régulièrement.


Fabien Pot 27/03/2010 10:28


Merci