Endettement des acteurs économiques au T2 2009

Publié le par Fabien Pot

L'endettement des administrations publiques progresse toujours très vite au deuxième trimestre 2009 :


La dette des APU atteint 77% du PIB (1 486 milliards d'euros), soit une progression de 18% sur un an.  Ce n'est pas vraiment une surprise, car aucune action sérieurse n'a été prise pour réduire les déficits. Au contraire, la suppression de la taxe professionnnelle plombera un peu plus les comptes publiques.


Par contre, les entreprises ont commencé à reduire leur endettement au deuxième trimestre :


La dette des SNF (Sociétés Non Financières) se reduit à 62,7% du PIB (1 210 milliards d'euros). C'est une réaction  normale et saine : il faut assainir le bilan et moins investir pour passer la zone de turbulence. Il ne faut pas s'attendre à voir la tendance s'inverser avant plusieurs trimestres d'une hypothétique reprise franche et nette.


La dette des ménage est quasiment stable :


La dette augmente très légerement (de 5,5 milliards d'euros) à 51% du PIB (986 milliards d'euros). Les premières indications du troisième trimestre sont sur la même tendance: les ménages ne se desendettent pas pour l'instant, mais le rythme fou de progression des années précédentes (dû à la bulle immobilière) est terminé.


Ci-dessous, la contribution de chacun des trois acteurs à l'augmentation de la dette globale de la France:


Au final, la dette continue de progresser rapidement, poussée en avant par les déficits publics :


Elle atteint 190,7% du PIB en juin, soit 3 682 milliards d'euros. Au rythme de progression actuel, la barre des 200% du PIB devrait être franchie courant 2010.

L'exemple du Japon (la dette publique représente 180% du PIB, contre 77% pour la France pour l'instant) montre qu'on peut aller encore beaucoup plus loin dans la spirale de l'endettement. Mais je ne pense pas que ce soit une bonne idée de semer ainsi les graines de la faillite de l'état. Mieux vaudrait régler aujourd'hui les problèmes structurelles de la France, mais nos dirigeants, encouragés il faut le dire par le mouvement général, seraient plutôt adeptes de la fuite en avant...

Publié dans crédits-dettes

Commenter cet article