Des nouvelles de la bulle immobilière

Publié le par Fabien Pot

Ce n'est plus un secret pour personne: la bulle immobilière est repartie de plus belle en France.

 

L'indice des prix de l'immobilier ancien progresse à nouveau à grande vitesse (+8,6% sur un an, à 207,6 points), et le nombre de transactions se redresse également (+25,7% sur un an, à 714 000 unités) :

InseeT3-2010.PNG

 

La construction, quant à elle, semble stagner autour de 330 000 logements nouveaux par an :

logement-oct10.PNG

Si cela peut paraître peu en regard des années folles 2006-2007, alors qu'on dépassait les 500 000 logements annuels, ce n'est pas si ridicule dès lors que l'on compare ce chiffre avec l'accroissement de la population : selon l'Insee, l'accroissement du nombre de ménages serait de l'ordre de 236 000 à 261 000 par an.

 

La question de la pénurie mérite quand même d'être posée, et Vincent Benard a d'ailleurs fait une conférence très interessante sur ce sujet (ici). Son argumentaire est bon, mais l'excés de réglementation n'est pas suffisant pour permettre à une bulle de perdurer indéfininement. Le moteur principal est l'apport d'argent frais, sous la forme de crédits.

 

Sur ce point les français font très fort, avec une croissance de l'endettement toujours plus soutenue. Les traditionnelles garde-fous ayant sauté (un apport de 25% de la transaction en cash était autrefois nécessaire pour obtenir un prêt), et les taux étant au plancher en cette période quasi déflationniste, les vannes du crédits sont grandes ouvertes :

prod-oct10.PNG

encours-oct10

Le taux de croissance de l'encours du crédit à l'habitat est de 6.8% sur un an en France, contre 3.4% en moyenne dans l'ensemble de la zone Euro.

 

Selon The Economist, les prix sont désormais surévalués de 39.4% en France. Seuls l'Espagne, Hong-Kong et l'Australie font pire.

 

Sur ce graphique de Jacques Friggit, on voit que la bulle immobilière des USA, qui a mis à terre l'économie mondiale en 2008-2009, n'est finalement guère impressionante par rapport à la bulle française :

friggit.PNG

 

Comment tout cela finit-il ? Mal évidemment. L'accumulation de dettes n'est jamais une bonne chose, comme l'actualité nous le rappelle tous les jours.

 

La hausse des prix aura profité temporairement à l'état, qui touche un % sur chaque transaction, et à certaines catégories de populations les plus aisés et les plus agés, qui auront pu vendre des biens au prix au fort. Mais l'économie en général aura souffert, car l'investissement dans la pierre est stérile, et génère de la mauvaise dette.

 

Quand cela finit-il ? Bientôt surement. Beaucoup (dont moi) pensaient que la crise financière marquerait la fin de l'ère de la dette. Mais les états ont mis en oeuvre tous leurs moyens, terrorisés par la perspective d'une grande vague de faillites bancaires. Aujourd'hui, il n'est plus question de laisser filer les déficits, et les peuples ne sont plus près à payer pour sauver les banques et leur débiteurs (cf Islande, Irelande, Grêce).

 

La faillite possible, ou plus probablement la restructuration des dettes de nombreux pays developpés pourrait intervenir à horizon 2011 - 2012.  La fin de l'ère de la dette, et de son enfant la bulle immobilière, paraitra alors inévitable.

Publié dans immobilier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bruno 06/12/2010 08:42


Oui, bien dit ! Je pense comme vous : cela ne peut que mal finir. Les français sont des malades du crédit et l'état est un pousse au crime permanent. On le payera cher.

Continuez !

Bruno.