Auto : fin du boom, début de la crise ?

Publié le par Fabien Pot

Le marché de l'automobile en France a évolué à contre-courant du marché mondiale en 2009 : on a assisté à un véritable boom des ventes autos.

2010 ne s'annonce pas sous les mêmes auspices. A 170 000 véhicules immatriculés en janvier, la hausse des ventes annuelles se tasse (2 289 000) :

autoJan10.PNG
Il n'y a pas d'explications au boom de 2009, hors les aides de l'état et les promotions des marques pour écouler les stocks. On a donc toutes les raisons de penser que l'excés de voitures vendues en 2009 sera compensé par une baisse d'autant en 2010. A moins que l'extraordinaire moral des français ne vienne sauver la mise aux constructeurs ?

Publié dans immatriculations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

laloose 02/02/2010 22:04


Avec la prime à la casse de 2009, on a surtout anticipé les achats des années suivantes, bref on a encore tiré des traites sur l'avenir.

La France a répété la même erreur qu'elle avait déjà commise avec l'immobilier en encourageant les jeunes ménages à anticiper leurs achats immobiliers en s'endettant sur des durées complètement
démentes et en sacrifiant leur atout mobilité à peine engagés dans une vie active qui se révèle plus chaotique chaque jour...(une schizophrénie de plus à l'image du discours de nos gouvernants qui
prétendent encourager la mobilité des actifs en les sédentarisant avec des biens difficilement revendables au prix d'origine ou qui prétendent encourager la constitution de compléments de retraite
par l'achat à crédit de biens immobiliers surcotés destinés à une population de locataires de plus en plus sous-employés et sous-payés et donc de moins en moins solvables, bref une politique insane
d'incitations publiques complètement aberrantes qui pourraient aisément se résumer par "préparez votre retraite, endettez-vous").

Que du bonheur futur à espérer, donc... et qui cadre difficilement avec les niveaux de confiance dans l'avenir qui nous sont assénés chaque jour...

Car enfin, même Madame la Marquise pour qui tout allait toujours bien, a fini sous le rasoir national sur une certaine place où la concorde a rarement régné...