croissance du PIB de 0,3% au T2 2009

Publié le par Fabien Pot

L'Insee a annoncé une croissance du PIB de +0.3% au deuxième trimestre 2009, en première estimation.

Comme attendu, la situation s'est nettement améliorée par rapport au trimestre précédent. Moins prévisible, le PIB a même légèrement augmenté, ce qui nous place parmi les bons élèves des pays developpés, avec le Japon et l'Allemagne.

On rappellera toutefois que c'est toujours cette première estimation qu'on retient, mais qu'elle est ensuite révisée plusieurs fois. Ainsi, d'estimations en estimations, le PIB du T3 2008 est passé de +0.1% à -0.2%, celui du T4 2008 de -1,2% à -1,4% et celui du T1 2009 de -1,2% à -1,3% ... Il ne serait donc pas étonnant de voir le chiffre pour ce trimestre diminuer par la suite !

Examinons maintenant le PIB dans ses composantes :

  • La valeur des stocks continue de se déprécier fortement. Je pense qu'il s'agit non seulement d'un mouvement toujours en cours de destockage des entreprises, mais aussi d'une prise en compte de la baisse de valeur des stocks, dûe à la déflation.
  • L'investissement continue de se replier. Pour les particuliers, cela veut principalement dire moins d'achats immobiliers. Pour les entreprises, l'heure est encore au désendettement, et à la génération de cash. Mon opinion est que l'investissement va continuer à jouer négativement sur le PIB pendant encore plusieurs trimestres. Les ménages, comme les entreprises, doivent se désendetter (cf cet article).
  • La consommation repart assez nettement à la hausse. La consommation ne se sera repliée qu'au cours d'un seul trimestre depuis 2 an 1/2 (au T1 2008). Cela nous distingue nettement d'autres pays développés, comme les USA par exemple. Je ne m'explique pas vraiment ce bon chiffre, on dirait que le consommateur français n'est pas touché par cette crise. Les effets bénéfiques de notre système social ?
  • Le solde commercial contribue très fortement à la remontée du PIB. Une performance non reproductible à mon avis, car je ne suis pas convaincu qu'il y ait encore beaucoup de potentiel de progression.
En conclusion, je dirais que c'est un bon chiffre, mais qu'on ne pourra parler de sortie de crise que lorsque l'investissement sera de nouveau positif.

____________________________________________________________________________________________

Ci-dessous, l'évolution du PIB trimestriel  :



A regarder ce graphique, on pourrait croire que la croissance est un long fleuve tranquille et rectiligne, mis-à-part la petite bosse actuelle ...

Regardons maintenant la composante investissement :



Cette fois-ci les périodes de stagnations et de récessions apparaissent nettement. La composante "investissement" du PIB est donc un bien meilleur indicateur économique que le PIB lui-même.

Enfin, l'investissement des ménages fournit également des informations intéressantes :


On distingue bien la bulle immobilière de 1991, ainsi que celle de 2007. On voit également que la récession de 2003 n'a pas eu d'impact sur l'investissement des ménages.

--- màj du 25/08/09 : correction des echelles des graphes ---

Publié dans PIB

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Magnus Pym 25/08/2009 08:03

Il y a un petit problème d'étalonnage des graphiques, non ? Un PIB trimestriel à 420 000 milliards d'euros, ce n'est pas vraiment la récession... ;)

Fabien Pot 25/08/2009 11:41


oui bah, milliards, millions on va pas chipoter hein ?

Merci pour la remarque, je corrige le graph ce soir


hugues 25/08/2009 03:59

j'ai trouvé un article intéressant qui donne quelques explications à la surprenante bonne tenue de la France :

http://www.alternatives-economiques.fr/page.php?lg=fr&id_publication=851&id_article=43466&inscription=ok&oubli=ok

hugues 25/08/2009 03:27

Fabien,


Concernant les investissements immobiliers, c'est sans doute un peu comme les stocks. Si les prix de l'immobilier baissent cela veut dire que la valeur diminue même si les volumes sont identiques (ce qui n'est pas le cas car les volumes baissent aussi)

Concernant la bonne tenue de la consommation, je suis très perplexe comme toi et j'aimerais bien avoir une réponse.